France terres sauvages - "La forêt"Inédit

Environnement (français) - 2019 - 110 minutes - Tous publics

France terres sauvages - La forêt

Diffusion le 12/06/2019 de 21:00 à 22:50 sur France 3

Résumé :

La forêt française recouvre aujourd'hui près de 30% du territoire, soit deux fois plus qu'en 1830. Si la société se concentre dans les villes, elle laisse ainsi d'immenses espaces vierges, où la nature reprend ses droits. Sur un texte dit par la comédienne Bérénice Bejo, ce documentaire invite à l'évasion dans ces théâtres naturels et sauvages de France, en compagnie d'hommes qui y consacrent leur vie. Ainsi, Antoine Nochy, philosophe écologue, étudie le retour du loup dans les Cévennes. Au sud de l'Ardèche, Jacques Tassin, écologue et expert de l'intelligence des arbres, invite à visiter le bois de Païolive, à la biodiversité exceptionnelle. Philippe Falbert, naturaliste, inventorie les forêts pyrénéennes, et Laurent Geslin, photographe animalier, traque le lynx boréal, le plus grand félin d'Europe, dans les forêts du Jura.

Critique :

A l’heure où la France s’urbanise et se périrubanise, où béton et bitume dévorent le territoire, rien de tel qu’une balade en forêt pour oublier ces misères. D’autant que la forêt est de retour : elle « n’a jamais été aussi belle et riche et aussi peu exploitée depuis le Moyen Age », dit Bérénice Bejo, voix off de ce doc. Depuis 1830, sa superficie est passée de 9 à 17 millions d’hectares, et ses habitants à poils et à plumes sont 43 % plus nombreux qu’il y a trente ans. Pour nous faire sentir le pouls de ce monde sylvicole réensauvagé, quatre témoins ont été mobilisés : un photographe animalier, un écologue, un naturaliste et un « philosophe-trappeur ». Quatre passionnés qui nous emmènent dans leurs explorations, dans le Jura, les Cévennes ou les Pyrénées, en quête de quelque chose de l’ordre de l’enfance et du mythique. Voire du mystique. Le résultat est hyper esthétisant, didactique sans excès, un tantinet animiste dans le propos — « Les arbres et les rochers enseignent des choses que les maîtres n’enseignent pas », dit un ermite rencontré dans le bois de Païolive — et très organique dans son approche visuelle. Partout, on sent palpiter la vie. Les sols grouillent, la verdure frémit, les bestioles caracolent. Le film ne nous épargne ni les vols de rapace au ralenti, ni les tambours qui se mettent en branle quand le cerf détale dans la brume. Et même si les images de lynx et de loups, selon toute vraisemblance, ont été ajoutées au montage, on ressort enchanté de cette expérience immersive, enveloppé d’une rassurante sensation de douceur.

Casting :