Venezuela, l'ombre de Chávez - Inédit

Géopolitique (français) - 2019 - 50 minutes - Tous publics

Venezuela, l'ombre de Chávez

Diffusion le 03/12/2019 de 23:50 à 00:40 sur Arte

Résumé :

Quatrième PIB mondial par habitant en 1950 grâce à la manne pétrolière et à ses immenses ressources naturelles, le Venezuela traverse aujourd'hui la plus grave crise économique, humanitaire et institutionnelle de son histoire. Plus de 90 pour cent de la population vit sous le seuil de pauvreté et quelque deux millions de Vénézuéliens ont quitté le pays depuis 2015. Avec l'accession au pouvoir d’Hugo Chávez en 1999, puis de son successeur Nicolás Maduro en 2013, le régime cristallise des passions idéologiques dignes de la guerre froide. Mais que sait-on vraiment de la révolution chaviste ? Comment ce projet politique a-t-il conduit au désastre actuel ?

Critique :

Quatre-vingt-quatorze pour cent de la ­population du Venezuela vit sous le seuil de pauvreté. Une crise humanitaire qui pousse sur la route de l’exil un Vénézuélien sur six. Le président, Nicolas Maduro, désavoué lors de manifestions monstres en 2018, refuse toujours l’aide alimentaire internationale. Pas plus qu’il n’entend s’effacer au profit de Juan Guaidó, son opposant, président autoproclamé, soutenu par le peuple et reconnu par cinquante nations dont la France. Le pays est dans l’impasse. La contrebande et la corruption s’ajoutent à un taux de criminalité qui reste le plus élevé du monde. « Ce que nous vivons est inhumain », témoigne ce médecin dont les patients meurent « comme des chiens », faute de médicaments. « Je me demande avec désarroi ce qui fait de nous un pays », clame Laurence Debray, l’autrice de ce film intime qui témoigne de la situation dans son autre patrie. Vingt ans que la fille de Régis Debray et de l’historienne vénézuélienne Elizabeth Burgos n’y était pas retournée, par choix politique. Elle dénonce « le sadisme d’État », et avance les explications du naufrage économique et politique du pays de l’or noir, longtemps le PIB le plus élevé d’Amérique latine. Un regard tendre et critique ressort du film, ponctué d’extraits d’interviews de Hugo Chávez en 1998, ou de celle, plus récen­te, d’un Juan Guaidó désabusé… comme son pays.

Casting :

Retour